BD Tour
     
Blacksad, by Juanjo Guarnido & Juan Díaz Canales,© Dargaud Calvin & Hobbes, by Bill Watterson, © Hors Collection Astérix, by Albert Uderzo, © Albert René Chaminou, by Raymond Macherot, © Dupuis Gaston Lagaffe, by Franquin, © Marsu Productions Blake et Mortimer, by Edgar P. Jacobs, © Blake & Mortimer Lucky Luke, by Morris, © Lucky Comics
  Toutes les critiques :    
 TitreSérie
Avant de mourir... Velvet
L'Histoire sans dessous... dessous ! Ludivine
Trilple galop 11 Trilple galop
Une mystérieuse mélodie Comment Mickey rencontra Minnie
1


The Zombies that ate the world - The Zombies that ate the world
Titre : The Zombies that ate the world
Série : The Zombies that ate the world
N° Album : 1
Collection : Humanoids
Genre : Humour
Auteur(s) : Davis (dessin), Frissen (scénario)
Editeur : Les Humanoïdes associés
Caractéristiques : 104 pages tout en couleur, cartonné
Nombre d'étoiles BrusselsBdTour : ***/****
© Les Humanoïdes associés
Resumé : Los Angeles, 2064. Les morts-vivants représentent 35 % de la population. Pas vraiment agressifs mais jugés incommodants par les vivants, ils sont devenus une source non négligeable de revenus pour Karl Neard, sa sœur Maggie et son associé Freddy Merckx. Leur business roule tout seul: il suffit juste d’aider les vivants à se débarrasser de leurs morts, en tout discrétion évidemment. Tout va donc pour le mieux, jusqu’à ce que l’amour surgisse sans crier gare, et submerge l’improbable Karl Neard. Car s’amouracher d’une zombie, ce n’est pas précisément ce qui était prévu dans les statuts de l’entreprise...
Notre avis : A travers cette BD déjantée, Jerry Frissen au scénario et surtout l’incomparable Guy Davis (Le Marquis, également aux Humanoïdes Associés) au dessin, nous offrent une excellente parodie des films et des comics de zombie, un genre très en vogue actuellement. Bien évidemment, nous nous situons ici dans un récit à la limite de l’absurde parfois, mais la manière dont les auteurs ont traité le sujet rend cette BD des plus jubilatoires à lire ; le tout sous le trait d’un Guy Davis au sommet de son art.